Territoires

Cette page rassemble des informations concernant l’histoire et la culture matérielle des principales régions d’implantation ibadite au Maghreb, soit d’est en ouest et du nord au sud :

  • Le Ğabal Nafūsa
  • Djerba
  • Le Djérid et le sud de l’Ifrīqiyya
  • Tāhart et le Maghreb central
  • Ouargla, l’oued Rīgh et le Sūf
  • Le Mzab

 

Ouargla, l’oued Rīgh et le Sūf

Kahf al-sultan et Gara Krima
Le bassin de Ouargla vu depuis Kahf al-Sultân, Ouargla, mai 2011, C. Aillet

2013 : parution du Ġuṣn al-Bān fī Tārīḫ Wārğlān (« La branche de muscadier concernant l’histoire de Ouargla »), d’Ibrāhīm b. Ṣāliḥ Bābā Ḥamū Aʻzām

En 2013 a été enfin publié le Ġuṣn al-Bān fī Tārīḫ Wārğlān (« La branche de muscadier concernant l’histoire de Ouargla »), d’Ibrāhīm b. Ṣāliḥ Bābā Ḥamū Aʻzām, un érudit local encore actif dans les années 1950, où il fut consulté à plusieurs reprises par Marguerite van Berchem, qui fouillait alors le site archéologique de Sedrata. La publication précédée d’une présentation de l’auteur a été réalisée par Ibrāhīm Baḥaz et Slīmān Bū Maʻqal dans une édition locale, à Ghardaia.

Cet ouvrage intéressera quiconque se penche sur l’histoire de la région, ou plus largement du Sahara algérien. Il s’agit d’une histoire locale, nourrie par les traditions orales vernaculaires comme par la lecture de sources anciennes. Son intérêt consiste en particulier à éclairer la géographie locale du sacré et les rites de la ziyāra ibadite à Sedrata.

On visualisera la table des matières de l’ouvrage en cliquant sur le lien suivant : Ghusn al-ban fi tarikh Warjlan

Une monographie historique en arabe sur Ouargla jusqu’au XIIIe siècle, par ʻUmar Luqmān b. Ḥamū Sulaymān Bū ʻAṣbāna (2008)

En arabe, le principal ouvrage sur l’histoire de Ouargla « jusqu’à la chute de Sedrata » a été écrit par un savant local, aujourd’hui installé à Oman. Il donne des repères utiles sur l’histoire de la région, avec des références précises aux sources. Toutefois, l’analyse historique n’est pas assez approfondie, n’intègre pas toutes les sources disponibles et surtout ne tient pas assez compte de l’apport considérable de l’archéologie. Sa lecture est toutefois plus recommandable que celle de l’ouvrage de Jean Lethielleux.

Pour visualiser la table des matières, cliquez sur le lien suivant : Bu Asbana, Tarikh Warjlan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *