Rencontres scientifiques

Cette page contient des informations sur les rencontres scientifiques qui contribuent au développement des recherches sur l’ibadisme. Depuis les années 2000, ces rencontres prolifèrent. Nous avons regroupé cette actualité de la recherche en trois catégories :

  • Les rencontres organisées dans le cadre de Maghribadite ou qui contribuent à diffuser les recherches de Maghribadite.
  • Les rencontres organisées sous le patronage du ministère des Affaires religieuses d’Oman.
  • Les rencontres organisées dans d’autres cadres.

Rencontres organisées par Maghribadite

 

Workshop Maghribadite, Lyon, 25-27 septembre 2014

Espaces, pratiques et modèles religieux dans l’ibadisme maghrébin, des origines à la période coloniale.

Mosquée du ksar haut de Bou Noura, Mzab (C. Aillet, 2011)
Mosquée du ksar haut de Bou Noura, Mzab (C. Aillet, 2011)

Cette rencontre, financée par l’ANR et l’IUF, a refermé le programme Maghribadite, achevé en novembre 2014.

Tout en essayant de resserrer notre vision sur le Maghreb, contrairement au colloque de Madrid (déc. 2012), nous avons fait le choix d’un élargissement chronologique. Celui-ci s’impose d’une part en raison du faible nombre de recherches menées sur ce thème, mais aussi pour des raisons méthodologiques : absence de datation fiable des édifices religieux dans le Mzab, le Djebel Nafusa et à Djerba; dépendance de la recherche à l’égard de la documentation de l’époque coloniale; intérêt d’une étude des manifestations religieuses sur le long terme et, le cas échéant, d’une approche anthropologique de celles-ci.

Pour visualiser le programme, cliquez sur le lien suivant :prog-maghribadite-sept2014-vr

Vous pouvez lire ci-dessous l’argumentaire de la rencontre (English version below).

Cette rencontre mêlera registres textuels et matériels, et confrontera les ressources méthodologiques du droit, de la théologie, de l’histoire, de l’archéologie et de l’anthropologie. Les espaces considérés seront ceux où l’ibadisme s’est implanté au Maghreb (Djerba, Djérid, Djebel Nafūsa, Mzāb, oasis sahariennes), sans exclure quelques comparaisons. Le choix d’un spectre temporel élargi tient à la nécessité d’appréhender sur la longue durée, et à la lumière des témoignages de l’ère coloniale, les formes de religiosité de ce courant de l’islam. Il découle aussi d’une logique d’analyse des manifestations architecturales et des pratiques du sacré, dont la datation se heurte à des phénomènes de continuité et de réinterprétation.

Une réflexion comparatiste sur la littérature hagiographique et sur la figure de l’homme de sainteté dans l’ibadisme pourra être menée. Une enquête pourra être entamée sur les formes d’apprentissage et de transmission du savoir religieux dans le cadre de la ḥalqa. Enfin, il sera question des sources qui nous renseignent sur la formation et le rôle des membres de la ʻazzāba.

Des interventions pourront concerner des formes spécifiques de religiosité, comme la prière ou les rites de purification, les pratiques et conceptions liées à l’ascétisme, le rôle du « sacrifice » (shirā’) et du martyre, la « visite » pieuse (ziyāra) qui contribue à dessiner les contours du territoire et à célébrer la mémoire communautaire…

Nous nous pencherons aussi sur les lieux du sacré. Une réflexion de fond pourra être menée sur les rites et les espaces funéraires, dont les spécificités dans le Mzāb ont souvent été attribuées à une forme d’islam berbère ou saharien. Une large place sera laissée à la mosquée ibadite : caractéristiques typologiques liées à des questions dogmatiques ou à l’empreinte des contextes régionaux, absence de minbar expliquée par la disparition de l’imāmat, rôle des mosquées funéraires, importance donnée au muṣallà, influence supposée sur l’architecture des mosquées subsahariennes…

***

 Le format choisi pour cette rencontre est celui d’un atelier de réflexion et de discussion, afin de favoriser l’exploration de nouvelles sources et l’ouverture de nouvelles pistes d’étude pour l’histoire religieuse du Maghreb. Il sera demandé aux intervenants de fournir à l’avance un texte provisoire et/ou des documents qui pourront alimenter la discussion collective. Il leur sera aussi demandé de rendre leur texte pour publication au mois de juin 2014.

 ——————————————————————————————————————-

This encounter should intertwine textual and material sources, and rely on various methodological approaches (law, theology, history, archaeology & anthropology). It will mainly focus on the areas where Ibadism settled in North Africa (Djerba island, South Ifrīqiya, Jebel Nafūsa, Wadī Mzāb, Saharan oases), without excluding any comparison. The deliberate use of a broad chronological frame should help us to analyse this Islamic school in the longue durée and to include colonial documentation. Actually, architectural patterns and holy practices in these areas are characterized both by continuity and constant reinterpretation, and this is a reason for their uneasy dating.

A comparative reflexion on hagiographical literature and the figure of the holy man in Ibadism should be led. Investigation could also provide us an insight into the history of the halqa and the ʻazzāba organisation and help us to understand how religious knowledge was assimilated and transmitted.

Some contributions could deal with specific forms of religiosity, such as the prayer itself or the purification rituals, the practices and representations linked with ascetism, the role of « sacrifice » (shirā’) and martyrdom, the pious « visits » (ziyārāt) that contribute to shape the territory and to celebrate the collective memory…

We shall also look at holy places. A depthful study should be devoted to the funeral practices, which peculiarities in Wādī Mzāb are usually attributed to the idiosyncratic features of a Berber or Saharan Islam. Great attention should be paid to the Ibadi mosque and its main characteristics, either linked with the rite itself or with the various regional contexts : the absence of minbar in North Africa (traditionally explained by the vanishing of the imamate), the existence of funeral mosques, the importance given to the muṣallà, the alleged Ibadi influence on Subsaharan mosques…

***

This encounter is a workshop dedicated to the promotion of critical reflexion and dialogue, the exploration of new sources and new fields for the religious history of North Africa. The participants will be required to fuel the debate by providing a provisional text and/or some material in advance. All the contributions will be requested for the further publishing in June 2014.

Conférence de Cyrille Aillet et Patrice Cressier au CNRA, Alger, 11 novembre 2013

Dar al-Hamra (Alger), le siège du CNRA
Dar al-Hamra (Alger), le siège du CNRAConférence de Cyrille Aillet et Patrice Cressier au CNRA, Alger, 11 novembre 2013

Lors d’une conférence donnée au Centre National de Recherche en Archéologie (CNRA) à Alger, Cyrille Aillet et Patrice Cressier ont présenté une conférence intitulée « Sedrata, histoire et archéologie d’un carrefour du Sahara médiéval ».

Il s’agissait tout d’abord de présenter les résultats du projet collectif mené depuis 2010 sur Sedrata, avant la parution de la monographie que nous sommes sur le point de finir. Par ailleurs, le but de la séance était de présenter  un projet de collaboration franco-algérienne entre notre équipe et le CNRA.

Pour lire le résumé de notre intervention, cliquez sur le lien suivant : Résumé CNRA novembre 2013

Pour consulter l’affiche de la conférence, cliquez sur le lien suivant : Affiche CNRA

Pour découvrir le site Internet et les activités du CNRA, consultez le site suivant: http://www.cnra.dz

Conférence de Patrice Cressier et Sophie Gilotte à Grenade, octobre 2013

SB_39_bis

Du 03 au 06 octobre 2013, Patrice Cressier et Sophie Gilotte présentent une conférence intitulée « Nouvelles lectures des maisons de Sedrata (Ouargla, Algérie) » (Nuevas lecturas de las casas de Sedrata [Ouargla, Argelia]) à Grenade.

Leur intervention prend place dans le cadre du colloque international sur « L’espace domestique dans la péninsule Ibérique. Société, famille, architecture, mobilier » (« El espacio doméstico en la Peninsula Ibérica medieval. Sociedad, familia, arquitectura, ajuar« ).

Elle est destinée à présenter leurs recherches sur l’habitat domestique à Sedrata, sur lequel les archives inédites de Marguerite van Berchem nous ont livré des informations nouvelles.

Pour consulter le programme du colloque, cliquez le lien ci-dessous :

Pg colloque Grenade

Colloque international, Madrid, 11-13 décembre 2012

L’ibadisme dans les sociétés islamiques médiévales : modèles politiques, formes d’organisation et d’interactions sociales

Pour visualiser le programme, cliquez sur le lien :  Pg colloque

Argumentaire en français :

L’histoire de l’ibadisme occupe encore une place marginale dans le domaine des études islamiques médiévales, alors que le corpus des sources ibadites omanaises et maghrébines s’est considérablement enrichi depuis une vingtaine d’années, et que de nombreuses monographies en langue arabe ont vu le jour. Deux ouvrages récents (2010) témoignent de l’apport que peut représenter le cas ibadite pour toute réflexion sur les sociétés islamiques médiévales. Adam Gaiser s’est livré, dans la continuité de Patricia Crone, à une analyse des théories ibadites de l’imamat à la lumière de la pensée politique des premiers siècles de l’Islam, tout en insistant sur les réécritures successives des origines de la secte. Quant à John Wilkinson, son essai dément le cliché d’une communauté monolithique et inchangée en soulignant que l’établissement d’un corpus standardisé de normes doctrinales et juridiques, ce qu’il appelle la « madhhabisation » de l’ibadisme, résulte d’un long processus d’interaction sociale et d’élaboration d’une mémoire commune. Ce colloque se situe lui aussi dans une lignée d’histoire politique et sociale comparatiste, tout en considérant les constructions discursives comme des faits sociaux à part entière.

Son premier objectif est d’offrir un panorama des transformations politiques et sociales vécues, ou impulsées, par les minorités ibadites au sein des sociétés islamiques médiévales. La constitution d’un ensemble de cas d’étude régionaux, appartenant à des tranches chronologiques distinctes, nous permettra de recomposer les grandes lignes de l’évolution territoriale et sociale des communautés éparses qui formaient l’archipel ibadite. En corrélation avec une analyse des formes d’organisation tribales et des rapports de force qui structurent les sociétés concernées, nous envisagerons les logiques d’implantation et de territorialisation de la nébuleuse contestataire kharijite et ibadite. Nous réfléchirons aussi sur les modes de coexistence et de concurrence entre communautés doctrinales en contact, ainsi que sur les stratégies d’imposition des orthodoxies concurrentes, en particulier le sunnisme.

Nous nous pencherons aussi sur les modèles d’organisation politique et sociale développés en milieu ibadite, non pour renforcer le leitmotiv apologétique de l’idiosyncrasie communautaire (« l’ibadisme comme laboratoire de la démocratie »), mais pour essayer de contextualiser et de mettre en perspective ces constructions sociales. Les formes de légitimation de la révolte et de la dissidence politique (khurūj) dans l’ibadisme seront au cœur du débat, ainsi que leurs liens avec ce que l’on sait du corpus théorique légué par le kharijisme. Il ne s’agira pas de retomber dans une polémique stérile sur les relations, difficilement réfutables, entre kharijisme et ibadisme, mais de relire avec un œil critique l’histoire de cette famille idéologique si hétérogène, que l’on ne connaît guère qu’à travers l’hérésiographie. L’autre grand volet du programme portera sur les formes de collégialisme politique développées au sein du kharijisme et de l’ibadisme, tant à travers le thème de l’imamat électif et révocable, qu’à travers les systèmes de régulation et de collectivisation de l’autorité (de la shūra à la ḥalqa). À cet effet, nous examinerons de près les formations politiques nées en milieu kharijite ou ibadite, afin de juger s’il est pertinent de leur appliquer les mêmes critères d’analyse que l’on réserve habituellement aux structures étatiques. En effet, l’histoire de l’ibadisme semble offrir non seulement l’exemple de formes d’État qui contredisent les schémas héritées de l’historiographie orientaliste, mais aussi l’occasion d’une réflexion sur la place des sociétés sans État dans l’Islam médiéval, qui aille au-delà des explications mécanistes sur le fait tribal, sur le fait berbère, ou sur la survivance de structures préislamiques.

Argumentaire en anglais :

The history of Ibadism still occupies a marginal place in the field of Islamic Medieval studies, while the corpus of Omanese and North African sources and the studies in Arabic have been considerably enriched since twenty years. Two recently published academic works (2010) do perfectly illustrate how the Ibadi case may contribute to a reflection on Medieval Islamic societies. Adam Gaiser, in continuity with Patricia Crone’s first attempts, has apprehended the Ibadi imamate theory in the light of early Islamic political thought in general, insisting also on how the origins of the sect had been forged by successive rewritings. As for John Wilkinson’s essay, it clearly refutes the cliché of Ibadism as a monolithic and unchanged community. What he calls the Ibadi « madhhabization » (the establishment of a standardized corpus of doctrinal and juridical norms) proves to be the consequence of a long process of social interaction and elaboration of a memory shared by the community. This congress is following the same line of comparative political and social history, but is also including the analysis of discursive patterns as social constructions among others.

The first aim of this scientific encounter is to provide a panorama of the political and social transformations experimented or promoted by the Ibadi minorities in Islamic medieval societies. The gathering of regional case studies belonging to various chronological sequences should enable us to give an overview of the territorial and social evolution that characterized the scattered communities belonging to the Ibadi archipelago. Along with an insight into the tribal patterns and power relationships that structured the societies touched by the oppositional Khariji and Ibadi movements, we will also look at the strategies of establishment and territorialization adopted by this nebula. Then we will examine how rival communities were connected through different forms of coexistence and competition and how rival orthodoxies, in particular Sunni Islam, achieved expansion or domination.

Then we would like to focus on the political and social models associated with Ibadism. Far from supporting the apologetical image of “Ibadism as a laboratory for democracy”, our purpose is to open broader comparisons. We will certainly question how Ibadism justified political dissidence (khurūj) and interpreted the intellectual legacy of Kharijism. However, we should avoid a sterile debate on the hardly refutable relation between Ibadism and Kharijism by carrying out rather a critical approach of this highly heterogeneous ideological family which is usually apprehended through the prism of heresiography. Another major topic is how political collegiality was conceived and put into practice by Khariji and Ibadi currents, through the institution of an elective and revocable imamate and the use of specific structures for the regulation and collectivization of authority (from the shūra to the ḥalqa). The political structures born in Khariji or Ibadi communities will be examined carefully, bearing in mind that the concepts used for the analysis of state formations are not necessarily fitting with this kind of social organization. Ibadi history gives us a good example of specific state formations that seem to clash with the theoretical frame transmitted by the Orientalist historiography. Moreover, this is a unique opportunity for evaluating the role played by non-state societies in medieval Islam beyond the mechanical argument based on tribal or pre-Islamic structures or Berber tradition.

Atelier international, Lyon, 27-28 juin 2011

Communautés ibadites du Maghreb médiéval : espaces, réseaux, modèles.

Pour visualiser le programme, cliquez sur le lien suivant : prog-Maghr-juin2011[1]

——————————

Rencontres organisées sous le patronage du ministère des Affaires religieuses d’Oman

On pourra se reporter au site du Ministry of Endowments and Religious Affairs d’Oman (MARA) : http://www.mara.om/

 

Sixth Conference on Ibadism and Oman, Saint-Pétersbourg, 01-03 juin 2015

« Ibadi History : the Nahda Period »

Pour visualiser le programme, voir le lien suivant : http://ibadi-studies.org/prog.htm

 

Fifth Conference on Ibadism and Oman, Cambridge, juin 2014

« Current perspectives on Ibadi history and historical sources »

Pour visualiser le programme, voir le lien suivant : http://www.mara.om/conferences/conferences-on-ibadism/conference/cambridge/

 

Fourth Conference on Ibadism and Oman, Cracovie, juin 2013

« Ibadi Jurisprudence »

Pour visualiser le programme, voir le lien suivant : http://www.mara.om/conferences/conferences-on-ibadism/summary/cracov/

Third Conference on Ibadism and Oman, Naples, juin 2012

« Reading and Rereading Ibadi Sources »

Pour visualiser le programme, voir le lien suivant : http://www.mara.om/conferences/conferences-on-ibadism/conference/naples/

Actes publiés dans E. Francesca (éd.), Ibadi Theology. Rereading Sources and Scholarly Works, Hildesheim-Zurich-New York, Olms-Weidmann, 2015. Voir : http://www.olms.de/search/Detail.aspx?pr=2008162

Second Conference on Ibadism and Oman,  Tübingen, juin 2011

Pour visualiser le programme, voir le lien suivant : http://www.mara.om/conferences/conferences-on-ibadism/conference/tubingen/

Actes publiés dans M. Hoffmann-Ruf et A. al-Salimi (éd.), Oman and Overseas, Hildesheim-Zurich-New York, Olms-Weidmann, 2013. Voir http://www.olms.de/search/Detail.aspx?pr=2008004

First Conference on Ibadism and Oman, Thessalonique, juin 2010

Pour visualiser le programme, voir le lien suivant : http://www.mara.om/conferences/conferences-on-ibadism/conference/thessalonic/

Actes publiés dans A. Ziaka, On Ibadism, Hildesheim-Zurich-New York, Olms-Weidmann, 2015. Voir http://www.olms.de/search/Detail.aspx?pr=2008160

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *