Archives pour la catégorie Rencontres scientifiques

Colloque Maghribadite à Madrid, du 11 au 13 décembre 2012

La Casa de Velazquez à Madrid
La Casa de Velazquez à Madrid

(English version below)

L’ibadisme dans les sociétés islamiques médiévales :

modèles politiques, formes d’organisation

et d’interactions sociales.

 

Colloque international organisé par

Cyrille Aillet (Université Lyon 2, CIHAM-UMR 5648)

et Maribel Fierro (CCHS-CSIC, Madrid)

 

Madrid, Casa de Velázquez, du mardi 11 au jeudi 13 décembre 2012

Avec le partenariat de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), du CIHAM-UMR 5648, de l’École des Hautes Études Hispaniques (Casa de Velázquez), du programme européen KOHEPOCU (« Knowledge, heresy and political culture in the Islamic West, eighth-fifteenth century ») dirigé par Maribel Fierro (Madrid, CCHS-CSIC), et du Ministry of Endowments and Religious Affairs (Sultanat d’Oman).

 

***

 

L’histoire de l’ibadisme occupe encore une place marginale dans le domaine des études islamiques médiévales, alors que le corpus des sources ibadites omanaises et maghrébines s’est considérablement enrichi depuis une vingtaine d’années, et que de nombreuses monographies en langue arabe ont vu le jour. Deux ouvrages récents (2010) témoignent de l’apport que peut représenter le cas ibadite pour toute réflexion sur les sociétés islamiques médiévales. Adam Gaiser s’est livré, dans la continuité de Patricia Crone, à une analyse des théories ibadites de l’imamat à la lumière de la pensée politique des premiers siècles de l’Islam, tout en insistant sur les réécritures successives des origines de la secte.  Quant à John Wilkinson, son essai dément le cliché d’une communauté monolithique et inchangée en soulignant que l’établissement d’un corpus standardisé de normes doctrinales et juridiques, ce qu’il appelle la « madhhabisation » de l’ibadisme, résulte d’un long processus d’interaction sociale et d’élaboration d’une mémoire commune. Ce colloque se situe lui aussi dans une lignée d’histoire politique et sociale comparatiste, tout en considérant les constructions discursives comme des faits sociaux à part entière.

Son premier objectif est d’offrir un panorama des transformations politiques et sociales vécues, ou impulsées, par les minorités ibadites au sein des sociétés islamiques médiévales. La constitution d’un ensemble de cas d’étude régionaux, appartenant à des tranches chronologiques distinctes, nous permettra de recomposer les grandes lignes de l’évolution territoriale et sociale des communautés éparses qui formaient l’archipel ibadite. En corrélation avec une analyse des formes d’organisation tribales et des rapports de force qui structurent les sociétés concernées, nous envisagerons les logiques d’implantation et de territorialisation de la nébuleuse contestataire kharijite et ibadite. Nous réfléchirons aussi sur les modes de coexistence et de concurrence entre communautés doctrinales en contact, ainsi que sur les stratégies d’imposition des orthodoxies concurrentes, en particulier le sunnisme.

Nous nous pencherons aussi sur les modèles d’organisation politique et sociale développés en milieu ibadite, non pour renforcer le leitmotiv apologétique de l’idiosyncrasie communautaire (« l’ibadisme comme laboratoire de la démocratie »), mais pour essayer de contextualiser et de mettre en perspective ces constructions sociales. Les formes de légitimation de la révolte et de la dissidence politique (khurūj) dans l’ibadisme seront au cœur du débat, ainsi que leurs liens avec ce que l’on sait du corpus théorique légué par le kharijisme. Il ne s’agira pas de retomber dans une polémique stérile sur les relations, difficilement réfutables, entre kharijisme et ibadisme, mais de relire avec un œil critique l’histoire de cette famille idéologique si hétérogène, que l’on ne connaît guère qu’à travers l’hérésiographie. L’autre grand volet du programme portera sur les formes de collégialisme politique développées au sein du kharijisme et de l’ibadisme, tant à travers le thème de l’imamat électif et révocable, qu’à travers les systèmes de régulation et de collectivisation de l’autorité (de la shūra à la ḥalqa). À cet effet, nous examinerons de près les formations politiques nées en milieu kharijite ou ibadite, afin de juger s’il est pertinent de leur appliquer les mêmes critères d’analyse que l’on réserve habituellement aux structures étatiques. En effet, l’histoire de l’ibadisme semble offrir non seulement l’exemple de formes d’État qui contredisent les schémas héritées de l’historiographie orientaliste, mais aussi l’occasion d’une réflexion sur la place des sociétés sans État dans l’Islam médiéval, qui aille au-delà des explications mécanistes sur le fait tribal, sur le fait berbère, ou sur la survivance de structures préislamiques.

Les actes de ce colloque seront publiés dans une édition scientifique de qualité. Ils devront constituer une monographie de référence sur l’ibadisme médiéval tout en ouvrant de nouvelles pistes pour l’histoire de l’Islam médiéval. Le colloque, par l’usage de sources et d’approches diversifiées, privilégiera la discussion et l’exploration de nouveaux questionnements.

***

Liste provisoire des participants :

 

Cyrille Aillet, Université Lumière Lyon 2, CIHAM-UMR 5648 (France)

Allaoua Amara, Université Abdelkader, Constantine (Algérie)

Brahim Bahaz, Université de Ghardaïa (Algérie)

Antoine Borrut, University of Maryland (USA)

Farid Bouchiba, Maison des Sciences de l’Homme, Nantes (France)

Michael Brett, School of Oriental and African Studies, London (Grande-Bretagne)

Mounia Chekhab, Museum of Islamic Art, Doha (Qatar)

Patrice Cressier, CNRS, CIHAM-UMR 5648, Lyon (France)

Radhi Daghfous, Université de Tunis (Tunisie)

Fred Donner, University of Chicago (USA)

Moez Dridi, IRHT-CNRS, Paris (France)

Elena de Felipe, Universidad de Alcalá de Henares (Espagne)

Maribel Fierro, CCHS-CSIC, Madrid (Espagne)

Abdallah Filli, Université d’El Jedida (Maroc)

Ersilia Francesca, Università L’Orientale, Napoli (Italie)

Sergueï Frantsouzoff, University of Saint Petersburg (Russie)

Adam Gaiser, Florida University (USA)

Sophie Gilotte, CNRS, CIHAM-UMR 5648, Lyon (France)

Mohamed Hassen, Université de Tunis (Tunisie)

Stefan Heidemann, Universität Hamburg (Allemagne)

Saïd al-Khabbash, CIHAM-UMR 5648, Lyon (France)

Paul Love, University of Michigan (USA)

Wilferd Madelung, Oriental Institute, Oxford (Grande-Bretagne)

Belhadj Marouf, Université Abou Bekr Belkaïd de Tlemcen (Algérie)

Masud Mazhudi, Université de Batna (Algérie)

Mohamed Meouak, Universidad de Cádiz (Espagne)

Virginie Prevost, Université Libre de Bruxelles (Belgique)

Abderrahman al-Salimi, Ministry of Endowments and Religious Affairs (Oman)

Paul Walker, University of Chicago (USA)

John Wilkinson, Oriental Institute, Oxford (Grande-Bretagne)

***

Ibadism in Islamic medieval societies:

Political models, forms of social organization and interactions.

 

International Congress organized by

Cyrille Aillet (Université Lyon 2, CIHAM-UMR 5648)

and Maribel Fierro (CCHS-CSIC, Madrid)

 

Madrid, Casa de Velázquez, from Tuesday 11th to Friday 13th December 2012

 

 

In partnership with the Agence Nationale de la Recherche (ANR, France), the CIHAM-UMR 5648, the École des Hautes Études Hispaniques (Casa de Velázquez), the European program KOHEPOCU (« Knowledge, heresy and political culture in the Islamic West, eighth-fifteenth century ») led by Maribel Fierro (Madrid, CCHS-CSIC), and the Ministry of Endowments and Religious Affairs (Sultanate of Oman).

 

***

The history of Ibadism still occupies a marginal place in the field of Islamic Medieval studies, while the corpus of Omanese and North African sources and the studies in Arabic have been considerably enriched since twenty years. Two recently published academic works (2010) do perfectly illustrate how the Ibadi case may contribute to a reflection on Medieval Islamic societies. Adam Gaiser, in continuity with Patricia Crone’s first attempts, has apprehended the Ibadi imamate theory in the light of early Islamic political thought in general, insisting also on how the origins of the sect had been forged by successive rewritings. As for John Wilkinson’s essay, it clearly refutes the cliché of Ibadism as a monolithic and unchanged community. What he calls the Ibadi « madhhabization » (the establishment of a standardized corpus of doctrinal and juridical norms) proves to be the consequence of a long process of social interaction and elaboration of a memory shared by the community. This congress is following the same line of comparative political and social history, but is also including the analysis of discursive patterns as social constructions among others.

The first aim of this scientific encounter is to provide a panorama of the political and social transformations experimented or promoted by the Ibadi minorities in Islamic medieval societies. The gathering of regional case studies belonging to various chronological sequences should enable us to give an overview of the territorial and social evolution that characterized the scattered communities belonging to the Ibadi archipelago. Along with an insight into the tribal patterns and power relationships that structured the societies touched by the oppositional Khariji and Ibadi movements, we will also look at the strategies of establishment and territorialization adopted by this nebula. Then we will examine how rival communities were connected through different forms of coexistence and competition and how rival orthodoxies, in particular Sunni Islam, achieved expansion or domination.

Then we would like to focus on the political and social models associated with Ibadism. Far from supporting the apologetical image of “Ibadism as a laboratory for democracy”, our purpose is to open broader comparisons. We will certainly question how Ibadism justified political dissidence (khurūj) and interpreted the intellectual legacy of Kharijism. However, we should avoid a sterile debate on the hardly refutable relation between Ibadism and Kharijism by carrying out rather a critical approach of this highly heterogeneous ideological family which is usually apprehended through the prism of heresiography. Another major topic is how political collegiality was conceived and put into practice by Khariji and Ibadi currents, through the institution of an elective and revocable imamate and the use of specific structures for the regulation and collectivization of authority (from the shūra to the ḥalqa). The political structures born in Khariji or Ibadi communities will be examined carefully, bearing in mind that the concepts used for the analysis of state formations are not necessarily fitting with this kind of social organization. Ibadi history gives us a good example of specific state formations that seem to clash with the theoretical frame transmitted by the Orientalist historiography. Moreover, this is a unique opportunity for evaluating the role played by non-state societies in medieval Islam beyond the mechanical argument based on tribal or pre-Islamic structures or Berber tradition.

The proceedings of the Congress will be edited in a high-quality publication. They should be not only a new reference for the history of medieval Ibadism, but also open fresh perspectives for Islamic studies. Debate should be encouraged by the display of various types of sources and approaches and by the contribution of each participant to a renewal of the questions asked.

***

Provisional list of participants :

 

Cyrille Aillet, Université Lumière Lyon 2, CIHAM-UMR 5648 (France)

Allaoua Amara, Université Abdelkader, Constantine (Algeria)

Brahim Bahaz, Université de Ghardaïa (Algeria)

Antoine Borrut, University of Maryland (USA)

Farid Bouchiba, Maison des Sciences de l’Homme, Nantes (France)

Michael Brett, School of Oriental and African Studies, London (Great Britain)

Mounia Chekhab, Museum of Islamic Art, Doha (Qatar)

Patrice Cressier, CNRS, CIHAM-UMR 5648, Lyon (France)

Radhi Daghfous, Université de Tunis (Tunisia)

Fred Donner, University of Chicago (USA)

Moez Dridi, IRHT-CNRS, Paris (France)

Elena de Felipe, Universidad de Alcalá de Henares (Spain)

Maribel Fierro, CCHS-CSIC, Madrid (Spain)

Abdallah Filli, Université d’El Jedida (Marocco)

Ersilia Francesca, Università L’Orientale, Napoli (Italy)

Sergueï Frantsouzoff, University of Saint Petersburg (Russia)

Adam Gaiser, Florida University (USA)

Sophie Gilotte, CNRS, CIHAM-UMR 5648, Lyon (France)

Mohamed Hassen, Université de Tunis (Tunisia)

Stefan Heidemann, Universität Hamburg (Germany)

Saïd al-Khabbash, CIHAM-UMR 5648, Lyon (France)

Paul Love, University of Michigan (USA)

Wilferd Madelung, Oriental Institute, Oxford (Great Britain)

Belhadj Marouf, Université Abou Bekr Belkaïd de Tlemcen (Algeria)

Masud Mazhudi, Université de Batna (Algeria)

Mohamed Meouak, Universidad de Cádiz (Spain)

Virginie Prevost, Université Libre de Bruxelles (Belgium)

Abderrahman al-Salimi, Ministry of Endowments and Religious Affairs (Oman)

Paul Walker, University of Chicago (USA)

John Wilkinson, Oriental Institute, Oxford (Great Britain)


 

 

Le programme du colloque de Naples sur la théologie ibadite, 28-30 mai 2012

Pg colloque Naples

En cliquant sur le lien ci-dessus, vous pourrez consulter le programme du colloque  de Naples sur la théologie ibadite (Ibadi Theology. Rereading Sources and Scholarly Works), 28-30 mai 2012.

Pour plus de renseignements, vous pouvez aussi  consulter le site de l’Université L’Orientale de Naples à l’adresse suivante :

http://www.iuo.it/index2.php?content_id=6952&content_id_start=3

On peut d’ores-et-déjà lire les résumés de certaines des interventions.

Quatre chercheurs du programme Maghribadite participeront à cet événement important : Cyrille Aillet, Allaoua Amara, Moez Dridi et Mohamed Hassen .

Une présentation du colloque vous sera proposée sur le site « Maghribadite » au mois de juin.

 

Soutenance de thèse de Mounia Chekhab sur les qsûr du sud de l’Algérie

Mounia Chekhab-Abudaya

présentera et soutiendra publiquement sa thèse pour l’obtention du titre de Docteur en
Histoire de l’Art de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne sur le thème:

PATRIMOINE ARCHITECTURAL DU SUD ALGÉRIEN : LE QSAR, TYPE D’IMPLANTATION HUMAINE AU SAHARA. Régions du wâdî Rîgh, du wâdî Miya, du wâdî Mzâb et du wâdî Saggûr

Le lundi 02 avril 2012 à 14 heures
à la Maison des Sciences Économiques
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
106/112 bvd de l’Hôpital
75013 Paris
6ème étage
Métro : Campo Formio
Directeur de thèse :
M. Alastair Northedge (Paris 1)

Membres du Jury :

Mme Claire Hardy-Guilbert (CNRS)
M. Pascal Burési (CNRS)
M. Pierre Pinon (IPRAUS, Université Paris 8)

Conférence à Grenade de Patrice Cressier et Sophie Gilotte sur les stucs de Sedrata

 

Détail d'un panneau de stuc de Sedrata conservé au Musée de Ouargla (photo Cyrille Aillet, avril 2010)

Une nouvelle étape dans notre étude du matériel archéologique de Sedrata !

Du 25 au 27 avril 2012 aura lieu à Grenade (Espagne) le Ier Congrès international Red Europea de Museos de Arte Islámico (REMAI).

Ce programme international a été lancé à l’inititative du Patronato de la Alhambra y del Generalife (Grenade), du Musée du Louvre (Paris) et du Victoria and Albert Museum (Londres).

Le congrès sera centré sur deux formes d’expression artistique, les stucs et les céramique à décor de lustre métallique.
Au sein du bloc thématique intitulé « Yesería: producción, difusión, influencias » (« Les stucs: production, diffusion, influences »), Patrice Cressier et Sophie Gilotte (CIHAM-UMR 5648, CNRS, Lyon), chercheurs au sein du programme Maghribadite, présenteront une communication intitulée « Les stucs de Sedrata (Ouargla, Algérie). Perspectives d’études ».

 

Voici le résumé de leur intervention :

 

Les stucs de Sedrata (Ouargla, Algérie). Perspectives d’étude

    Les conditions de genèse de la ville de Sedrata, située aux confins sahariens de l’Algérie actuelle, demandent encore à être précisées, car l’on ne peut se satisfaire, sans preuve archéologique, des seules traditions en faisant une fondation des populations ibadites de Tahert fuyant la destruction de leur capitale par les Fatimides. De la même façon, le moment de son abandon ne coïncide pas nécessairement avec l’émergence de la pentapole du Mzab ni avec celle de Ouargla comme « nouveau » centre régional (les relations avec celle-ci étant trop anciennes et trop complexes pour cela). Quoiqu’il en soit, l’hypothèse la plus couramment admise est que la ville fut florissante entre le Xe et le début du XIIIe siècle.
    Ses ruines, presque totalement ensevelies sous les dunes, sont connues des explorateurs et des savants occidentaux depuis la fin du XIXe siècle et ont fortement frappé l’imagination. Les maisons, une fois dégagées des sables révélaient une exceptionnelle décoration de stucs aux motifs géométriques très caractéristiques ; de stuc ou plutôt de timchent, si on suit la dénomination locale de ce matériau particulier.
    Les fouilles de H. Tarry (1882), de P. Blanchet (1898), de M. Faucher (1941-1942) et surtout de M. Van Berchem (1951-1956) ont permis la récolte de fragments hors contexte stratigraphique et le démontage de nombreux panneaux muraux. Quelques-uns sont conservés au musée de Ouargla, mais la plupart ont été dispersés dans les musées d’Alger et dans une moindre mesure de Paris (Louvre, Quai Branly). Seule une minorité est actuellement localisable et ce sont les pièces que l’on retrouve périodiquement dans les catalogues des expositions d’art islamique. Outre les observations succinctes du début du siècle dernier, réalisées par H. Saladin ou G. Marçais, la seule étude scientifique qui leur ait été consacrée est un article très descriptif de M. Van Berchem, dans lequel cette archéologue ne prend en compte qu’une partie de ses propres découvertes.
    Dans le cadre du programme de recherche « Maghribadites », dirigé par Cyrille Aillet (U. de Lyon 2, CIHAM-UMR 5648), la Fondation Max Van Berchem (Genève) nous a autorisés la publication des archives laissées par M. Van Berchem, en particulier ses notes de fouilles et un important fonds photographique en majeure partie inédit. C’est à partir de ces clichés que nous reprenons l’étude systématique des décors de stuc de la capitale ibadite. Cette étude suppose l’élaboration d’un catalogue des motifs et des compositions qui en résultent, ainsi qu’une réévaluation point par point des références stylistiques de comparaison auxquelles il a été recouru jusqu’à présent. Si certaines pistes considérées comme sûres (par exemple un héritage tardo-antique transmis au travers de l’artisanat du bois) le semblent maintenant beaucoup moins, les arguments manquent toujours pour expliquer l’importance pondérale, dans les décors de Sedrata, de thèmes moyen-orientaux (principalement mésopotamiens) a priori sensiblement plus anciens. Ces solutions de continuité constituent un problème historique de fond, qui ne pourrait être complètement résolu qu’à partir de données archéologiques fiables et en particulier de datations physiques menées sur les niveaux d’occupation des habitats concernés.
    Ce sont les grandes lignes de la réflexion que nous menons sur les stucs de Sedrata, avec ses difficultés et ses premiers résultats, que nous souhaitons exposer au sein du séminaire du programme REMAI organisé à l’Alhambra de Grenade.

Patrice Cressier et Sophie Gilotte (CIHAM-UMR 5648, CNRS, Lyon)