Tous les articles par Cyrille Aillet

Conférence de Cyrille Aillet et Patrice Cressier au CNRA (Alger), le 11 novembre 2013

Dar al-Hamra (Alger), le siège du CNRA
Dar al-Hamra (Alger), le siège du CNRA 

 

Lors d’une conférence donnée au Centre National de Recherche en Archéologie (CNRA) à Alger, Cyrille Aillet et Patrice Cressier ont présenté une conférence intitulée « Sedrata, histoire et archéologie d’un carrefour du Sahara médiéval ».

Il s’agissait tout d’abord de présenter les résultats du projet collectif mené depuis 2010 sur Sedrata, avant la parution de la monographie que nous sommes sur le point de finir.

Par ailleurs, le but de la séance était de présenter  un projet de collaboration franco-algérienne entre notre équipe et le CNRA.

Pour lire le résumé de notre intervention, cliquez sur le lien suivant : Résumé CNRA novembre 2013

Pour consulter l’affiche de la conférence, cliquez sur le lien suivant : Affiche CNRA

Pour découvrir le site Internet et les activités du CNRA, consultez le site suivant : http://www.cnra.dz

Conférence de Patrice Cressier et Sophie Gilotte à Grenade

SB_39_bis
Archives de la Fondation van Berchem, Genève

Du 03 au 06 octobre 2013, Patrice Cressier et Sophie Gilotte présentent une conférence intitulée « Nouvelles lectures des maisons de Sedrata (Ouargla, Algérie) » (Nuevas lecturas de las casas de Sedrata [Ouargla, Argelia]) à Grenade.

Leur intervention prend place dans le cadre du colloque international sur « L’espace domestique dans la péninsule Ibérique. Société, famille, architecture, mobilier » (« El espacio doméstico en la Peninsula Ibérica medieval. Sociedad, familia, arquitectura, ajuar« ).

Elle est destinée à présenter leurs recherches sur l’habitat domestique à Sedrata, sur lequel les archives inédites de Marguerite van Berchem nous ont livré des informations nouvelles.

Pour consulter le programme du colloque, cliquez le lien ci-dessous :

Pg colloque Grenade

Nomination de Cyrille Aillet à l’Institut Universitaire de France

logo (2)

La nomination de Cyrille Aillet à l’Institut Universitaire de France constitue une reconnaissance de l’intérêt et de l’importance scientifique des recherches menées dans le cadre du projet ANR Maghribadite.

L’Institut Universitaire de France offre en effet aux universitaires  sélectionnés la possibilité de développer un projet de recherche personnel pendant une durée de 5 ans (2013-2018), grâce notamment à un allègement conséquent de la charge d’enseignement (réduite des deux tiers) et à un budget spécifique consacré au programme développé dans le cadre du laboratoire d’appartenance du chercheur.

On pourra s’informer sur ce dispositif en consultant les pages suivantes :

http://iuf.amue.fr/

ou http://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_universitaire_de_France

C’est donc pour nous l’opportunité de poursuivre et de mener à un achèvement au moins partiel le lourd chantier lancé par Maghribadite.

Notre projet, intitulé « Un islam des marges ? Kharijisme et ibadisme dans les sociétés du Maghreb médiéval (VIIIe-XIIIe siècles) » devra déboucher sur la rédaction d’une monographie sur ce thème. D’autres activités sont prévues dans ce cadre, notamment l’organisation de nouvelles rencontres scientifiques.

Cette nomination sera aussi pour nous l’occasion de présenter avant 2018 une Habilitation à Diriger des Recherches.

Mission à Alger, mai 2013

Fouilles de Marguerite van Berchem, 1951
Fouilles de Marguerite van Berchem à Sedrata, 1951 (archives de la Fondation Max van Berchem, Genève)

 

Une mission d’une semaine à Alger a réuni plusieurs des membres et des « compagnons de route »

de l’équipe Maghribadite (Cyrille Aillet, Allaoua Amara, Brahim Bahaz, Patrice Cressier, Sophie Gilotte, Yves Montmessin, Mohamed Hadj Said ) autour des objectifs suivants :

– concertation sur la conception de la monographie sur Sedrata, dont la rédaction devra s’achever cet été.

– consultation des fonds bibliographiques algérois.

– visite du Musée des Antiquités et des Arts Islamiques, où est actuellement conservé l’essentiel des stucs de Sedrata. La visite du Musée de l’Enfance a permis de constater que les stucs rapportés par Marguerite van Berchem n’y étaient plus conservés.

– une rencontre avec la direction du Musée des Antiquités et des Arts Islamiques nous a permis d’envisager une convention franco-algérienne autour du recensement et de l’analyse des décors de stuc de Sedrata.

– deux rencontres avec M. Farid Ighilahriz, directeur du Centre National de Recherche en Archéologie, ont été consacrées à exposer l’état de nos recherches sur Sedrata et le bassin de Ouargla à l’époque médiévale et à envisager leur élargissement sous la forme de prospections scientifiques sur le site et d’opérations d’archéologie extensive, impliquant des chercheurs français et algériens. Une proposition sera formulée par notre équipe en ce sens.

– une prise de contact avec les services de la Coopération et de l’action culturelle de l’Ambassade de France à Alger nous a permis de présenter notre projet.

– accueillis chaleureusement au Centre des études diocésaines d’Alger, les Glycines, nous avons pu profiter de ses fonds. Une conférence a été donnée par Cyrille Aillet sur le thème « De Sedrata à Ouargla : nouvelles recherches sur l’histoire d’un carrefour saharien (Xe-XIIIe siècles) est venu clore ce séjour.

Colloque international de Cracovie (27-30 mai 2013)

Le Collegium novum de l'Université Jagellonne à Cracovie
Le Collegium novum de l’Université Jagellonne à Cracovie

 

Dans le cadre du colloque international « Ibadi Jurisprudence » organisé à l’Université Jagellonne de Cracovie du 27 au 30 mai 2013, Cyrille Aillet et Mohamed Hassen présenteront une conférence conjointe sur le thème « The Legal Responsa Attributed to the Third Imam of Tahert, Aflah b. Abd al-Wahhab (208-56/823-72) and the Early Ibadi Jurisprudence in North Africa »

Pour consulter le programme complet, consultez le site suivant : http://www2.filg.uj.edu.pl/ifo/arabistyka/conference.html

Pour lire le résumé de notre intervention, cliquez sur le lien suivant : Summary Aillet-Hassen

Le colloque de Madrid approche (11-13 décembre 2012) !

  On pourra consulter le programme définitif du colloque de Madrid « L’ibadisme dans les sociétés islamiques médiévales : modèles politiques, formes d’organisation et d’interactions sociales »  :

1) soit sur la page suivante de la Casa de Velazquez : http://www.casadevelazquez.org/accueil/calendrier-des-activites/recherche-scientifique/news/libadisme-dans-les-societes-islamiques-medievales/

2) soit en cliquant sur le lien suivant :  Pg colloque

 

Parution du numéro spécial de la REMMM sur l’ibadisme, édité par Cyrille Aillet

Le numéro 132 de la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM) vient de paraître, avec un dossier de 195 pages sur « L’ibadisme, une minorité au coeur de l’Islam ». Il s’agit du premier numéro spécial de revue consacré à cette question.

Coordonné et édité par Cyrille Aillet, il procède d’une approche résolument transversale et tente de tisser une réflexion sur la façon dont cette minorité s’est façonnée au coeur de l’Islam, des origines à nos jours.

Cinq des membres de l’équipe Maghribadite y ont participé, mais le numéro se veut aussi la vitrine de la vitalité des recherches en cours dans ce domaine, en Europe comme aux États-Unis.

Pour plus d’information, nous recommandons de consulter http://remmm.revues.org. Par ailleurs, l’ouvrage peut être commandé facilement sur Internet.

Parution de l’article de Patrice Cressier et Sophie Gilotte sur les stucs de Sedrata

 

Cliché SD 24, Archives de Marguerite van Berchem, Genève

À noter la parution de l’article  » Les stucs de Sedrata (Ouargla, Algérie). Perspectives d’étude » de Patrice Cressier et Sophie Gilotte, dans les actes du Ier Congrès international du Réseau européen des Musées d’Art Islamique (REMAI), pp. 503-525, qui s’est tenu à l’Alambra de Grenade en avril 2012. La publication se trouve sur le site du Patronato de l’Alhambra sous forme de fichier PDF.

On pourra y accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.alhambra-patronato.es/fileadmin/proceedings-conference-2012.pdf

Dans cette étude, Patrice Cressier et Sophie Gilotte font la synthèse des études déjà menées et des hypothèses en présence, afin de proposer de nouvelles pistes d’études et des bases pour une identification plus précise de ce matériel jusqu’alors très mal contextualisé au sein de l’histoire de l’art islamique médiéval.

 

Le nouveau livre de Valerie Hoffman: une lecture de Virginie Prevost

 

Couverture de l'ouvrage de Valerie Hoffman, paru cette année

Valerie J. Hoffman, The Essentials of Ibāḍī Islam, Syracuse, Syracuse University Press, 2012, xii + 344 p.

Valerie J. Hoffman a publié ces dernières années plusieurs articles sur les ibadites d’Oman et de Zanzibar aux XIXe et XXe siècles. Son dernier livre porte sur la théologie ibadite qu’elle souhaite rendre accessible au grand public grâce à la traduction de textes modernes. The Essentials of Ibāḍī Islam est divisé en trois parties : une vaste introduction, la traduction d’Al-‘Aqīda al-wahbiyya de Nāṣir al-Rawāḥī, puis celle de plusieurs passages des Ma‘ālim al-dīn de ‘Abd al-‘Azīz al-Tamīnī. Le livre se termine par un important glossaire, un dictionnaire biographique, une bibliographie et un index très fourni.
L’introduction retrace le développement de l’ibadisme et son histoire politique jusqu’à nos jours, en Oman et au Maghreb. Les principaux points de la doctrine sont ensuite clairement évoqués, ainsi que les différences qui séparent la jurisprudence ibadite de celle des sunnites et des chiites. La traduction complète d’Al-‘Aqīda al-wahbiyya – dont Valerie Hoffman pense publier prochainement l’édition – constitue le cœur de l’ouvrage. Son auteur est le célèbre poète omanais Nāṣir ibn Sālim ibn ‘Udayyam al-Rawāḥī (1860-1920), également connu sous le nom d’Abū Muslim al-Bahlānī. Il passe l’essentiel de sa vie à Zanzibar, à une époque où de nombreux ibadites des côtes d’Afrique orientale se convertissent au sunnisme. Il a donc à cœur de définir précisément la doctrine ibadite et de la défendre. L’ouvrage traduit ici est un manuel destiné aux étudiants, qui aborde le plus clairement possible les points essentiels de cette doctrine. Le texte se présente comme un dialogue dans lequel un professeur répond aux questions de son élève. Nāṣir al-Rawāḥī, considéré à son époque comme le plus grand intellectuel de langue arabe de Zanzibar, compare les points de doctrine ibadites aux opinions de nombreuses autres écoles islamiques, même si elles sont éteintes depuis des siècles. À plusieurs reprises, l’auteur souligne les différences de pensée entre les ibadites d’Orient et d’Occident. Il rapporte de nombreux extraits de savants ibadites maghrébins, comme Abū Sahl ibn Wīğman, Abū Ḫazar Yaġlā ibn Zaltāf, Abū ‘Amr al-Sūfī, Abū l-Qāsim Yūnus ibn Abī Zakariyyā’ ou encore l’imam ‘Abd al-Wahhāb. Le savant le plus fréquemment cité est Muḥammad Aṭfiyyaš (1820-1914) – surnommé al-Quṭb – dont l’influence sur Nāṣir al-Rawāḥī paraît considérable. L’auteur fournit aussi quelques informations sur la doctrine des nukkārites. Ses qualités de poète sont mises à profit dans le manuel, notamment par des vers sur la vision de Dieu. Le livre se termine si abruptement qu’il est très probable que Nāṣir al-Rawāḥī soit mort avant d’avoir achevé sa rédaction.
Plusieurs thèmes manquent donc pour que cet ouvrage offre une vision complète de la doctrine ibadite. Afin de combler ces lacunes, Valerie Hoffman traduit, dans la troisième partie du livre, les passages consacrés à la prédestination et aux relations entre la puissance divine et les actes humains, tirés des Ma‘ālim al-dīn du savant mozabite ‘Abd al-‘Azīz al-Tamīnī (1718-1808).
Le choix des textes traduits par Valerie Hoffman, qui présentent de façon claire des concepts souvent difficiles à maîtriser, est judicieux et son pari de rendre plus intelligible la théologie ibadite paraît donc réussi. Son ouvrage constitue un complément bien utile à la somme qu’avait rédigée Pierre Cuperly voici une trentaine d’années.

Virginie Prevost