Soutenance de thèse d’Augustin Jomier, 2 juillet 2015

M'Zab_5 227Augustin Jomier vient de soutenir sa thèse d’histoire contemporaine sur le thème Un réformisme islamique dans l’Algérie coloniale : oulémas ibadites et société du Mzab (c. 1880-c. 1970) à l’Université du Maine.

Il a obtenu les félicitations du jury à l’unanimité, la plus haute distinction pour une thèse qui fera date.

Elle est placée sous la direction de Dominique Avon, professeur à l’Université du Maine, et les autres membres du jury étaient Catherine Mayeur-Jaouen, professeure à l’INALCO, James McDougall, Associate Professor of modern history, Université d’Oxford; Sabrina Mervin, chargée de recherche au CNRS, CéSor-EHESS (co-directrice de thèse); Sylvie Thénault, directrice de recherche au CNRS-CHS.

Il s’agit d’une thèse qui marquera l’historiographie de l’Algérie et de l’ibadisme, notamment mozabite. Elle intéressera quiconque s’intéresse à cette région et à cette mouvance de l’islam, car elle s’appuie sur un travail de terrain approfondi qui mêle dépouillement de la bibliographie, usage des archives, visites de terrain et enquêtes orales. L’auteur s’inscrit par ailleurs dans une profondeur historique qui lui fait évoquer l’inscription de la culture mozabite de l’ère coloniale dans un déroulement historique plus long, fait de ruptures, d’exils et de mythification du passé. Son usage des archives photographiques des Pères Blancs de Ghardaia est également intéressante pour quiconque se penche sur l’organisation du territoire, dont il arpente les sanctuaires, les lieux de sainteté et de mémoire, arènes de la réforme religieuse qu’il étudie, l’islâh.

En effet, quiconque tente de déchiffrer le passé du Mzab a beaucoup à apprendre de cette thèse, d’abord en raison de l’importance de l’historiographie coloniale, avec ses filtres idéologiques mais aussi ses apports irremplaçables. Par ailleurs, l’idéologie de purification de l’islam de ses superstitions et de ses archaismes qui est au coeur de l’islâh continue à infléchir le regard porté par les acteurs sur leurs propres pratiques religieuses, qu’elle soient occultées ou oubliées.  Pratiques funéraires, visites pieuses et commémoration des pieux ancêtres : sur tous ces sujets, il est difficile d’obtenir des témoignages qui ne portent pas la trace des relectures effectuées par les auteurs du temps de l’islâh.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *