Mission à Alger, mai 2013

Fouilles de Marguerite van Berchem, 1951
Fouilles de Marguerite van Berchem à Sedrata, 1951 (archives de la Fondation Max van Berchem, Genève)

 

Une mission d’une semaine à Alger a réuni plusieurs des membres et des « compagnons de route »

de l’équipe Maghribadite (Cyrille Aillet, Allaoua Amara, Brahim Bahaz, Patrice Cressier, Sophie Gilotte, Yves Montmessin, Mohamed Hadj Said ) autour des objectifs suivants :

– concertation sur la conception de la monographie sur Sedrata, dont la rédaction devra s’achever cet été.

– consultation des fonds bibliographiques algérois.

– visite du Musée des Antiquités et des Arts Islamiques, où est actuellement conservé l’essentiel des stucs de Sedrata. La visite du Musée de l’Enfance a permis de constater que les stucs rapportés par Marguerite van Berchem n’y étaient plus conservés.

– une rencontre avec la direction du Musée des Antiquités et des Arts Islamiques nous a permis d’envisager une convention franco-algérienne autour du recensement et de l’analyse des décors de stuc de Sedrata.

– deux rencontres avec M. Farid Ighilahriz, directeur du Centre National de Recherche en Archéologie, ont été consacrées à exposer l’état de nos recherches sur Sedrata et le bassin de Ouargla à l’époque médiévale et à envisager leur élargissement sous la forme de prospections scientifiques sur le site et d’opérations d’archéologie extensive, impliquant des chercheurs français et algériens. Une proposition sera formulée par notre équipe en ce sens.

– une prise de contact avec les services de la Coopération et de l’action culturelle de l’Ambassade de France à Alger nous a permis de présenter notre projet.

– accueillis chaleureusement au Centre des études diocésaines d’Alger, les Glycines, nous avons pu profiter de ses fonds. Une conférence a été donnée par Cyrille Aillet sur le thème « De Sedrata à Ouargla : nouvelles recherches sur l’histoire d’un carrefour saharien (Xe-XIIIe siècles) est venu clore ce séjour.


2 réflexions au sujet de « Mission à Alger, mai 2013 »

  1. Message reçu le 10 janvier 2014, reflet des inquiétudes suscités, au sein de la communauté ibadite au Maghreb, par les conflits dans le Mzab. Tout en le publiant tel quel, nous voudrions attirer l’attention sur l’usage des catégories ethniques, opposant « arabes » et « berbères ». L’inconfort d’un tel étiquetage est ressenti par l’auteur de la note lui-même, qui rajoute des guillemets. En effet, il est bien connu que les tensions dont le Mzab est le théâtre ne sauraient se réduire à un conflit ethnique entre des populations s’identifiant comme « arabes » et des populations berbérophones et adeptes de l’ibadisme, mais qu’elles possèdent aussi des causes économiques et sociales circonscrites. L’argument religieux et ethnique vient tenter de cautionner les violences, et témoigne effectivement du poids des ignorances et des préjugés respectifs.

    « Je souhaite à toute l’équipe beaucoup de réussite au sujet de vos travaux de recherche sur l’histoire des ibadites. Il serait intéressant et très utile de vulgariser cette histoire au niveau de la presse algérienne et des télévisions afin de mieux faire connaitre le degré de la civilisation des ibadites au moment ceux-ci sont persécutés par des bandes « d’arabes » (depuis les années 70) avec la complicité de la police ; même leurs cimetières ont été profanés (cas de celui de Ammi Said classé patrimoine mondial de l’UNESCO) ».

  2. bonjour Dr cyrille

    Tout d’abord je suis très content de lire cette missive et je souhaiterai connaitre de vos nouvelles et surtout ceux que je connais Sophie ,Patrice et Yves et aussi l »avancement de votre projet ainsi que l’edition du livre .Par la même occasion , je tiens à vous informer que nous avons réélu un nouveau bureau de l’association dont la présidence a été confiée à notre ami Dr Zouzi économiste.
    Amicalement Abdi bderrahmane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *