Lecture de la thèse de Mounia Chekhab par Virginie Prevost

Vue sur le ksar de Ghardaïa, photo M. Chekhab

CHEKHAB-ABUDAYA, Mounia, Patrimoine architectural du Sud algérien : le qṣar, type d’implantation humaine au Sahara. Régions du wādī Rīġ, du wādī Miya, du wādī Mzāb et du wādī Saggūr. Thèse en histoire de l’art sous la direction d’Alastair Northedge, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2012. 2 vol.

La thèse de Mounia Chekhab-Abudaya, soutenue tout récemment, invite le lecteur à découvrir les qṣūr de la région septentrionale du Sahara algérien, du wādī Rīġ au nord à al-Manī‘a (El Goléa) au sud. La documentation à ce sujet faisait jusqu’ici cruellement défaut, d’autant que cette architecture est par nature non chronologique, car aucune datation réellement scientifique n’existe (p. 330). L’intérêt principal de cette étude est donc de rassembler un grand nombre de renseignements, écrits et iconographiques, qui permettent de dresser un état des connaissances sur les qṣūr de cette vaste région. La première partie consiste en une introduction historique, depuis la préhistoire jusqu’à l’époque coloniale, qui offre une excellente mise au point sur le développement des cités du Mzāb, en mettant notamment à la disposition du lecteur non arabophone certains éléments issus des recherches de l’historien mzābite Muḥammad al-Ḥāğğ Sa‘īd. Par rapport aux autres qṣūr, ceux du Mzāb sont dans un état de conservation remarquable : en effet, ils ont été habités de façon continue et n’ont pas subi de dégradations lors de la colonisation.

Dans la deuxième partie du travail, l’auteur étudie un corpus de 26 qṣūr, plus ou moins documentés selon leur état de conservation. Elle aborde successivement leur plan, leurs fortifications, leurs matériaux de construction, leurs édifices religieux, leur qaṣba, l’organisation de leur habitat, leurs marchés et voies de circulation, leur décor architectural et, enfin, leur état de dégradation et les éventuelles restaurations entreprises. Cinq qṣūr font l’objet d’une analyse détaillée : Mistāwa et Tammāsīn dans le wādī Rīġ, Wargla dans le wādī Miya, Ġardāya dans le wādī Mzāb et enfin al-Manī‘a dans le wādī Saggūr entre le Grand Erg oriental et le grand Erg occidental. En confrontant minutieusement les descriptions des diverses époques et en accordant une juste place aux traditions orales, Mounia Chekhab-Abudaya reconstitue le développement le plus probable de ces qṣūr même si, inévitablement, de nombreuses interrogations demeurent sans réponse. La description de ces sites donne lieu à de nombreux détails passionnants. Ainsi, dans le qṣar de Mistāwa (ancienne Tuggurt située au centre de l’agglomération actuelle), la mosquée ibadite, rasée à l’époque coloniale, possédait un minaret qui a servi de tour de guet avant de disparaître : cette mosquée s’appelait masğid al-Mālikī ! Toujours dans le wādī Rīġ, dans le qṣar de Tammāsīn, la mosquée ‘Abdallāh al-Maġrāwī, datant probablement de la fin du XIVe ou du début du XVe siècle, possède un étonnant minaret d’inspiration almohade portant un décor en briques cuites composé de frises géométriques et de motifs en lambrequins. Ce décor rappelle fortement celui qu’on observe dans le Djérid tunisien, à Tozeur ou à Nefta. Dans le Mzāb, l’absence de qaṣba au sein des qṣūr est frappante : elle serait due d’une part au fait que le Mzāb a été la seule région qui a pu échapper à toute emprise extérieure, et d’autre part à son système politique singulier puisque le pouvoir y est collégial. Incidemment, la thèse de Mounia Chekhab-Abudaya offre également au lecteur un angle de vue particulier sur l’occupation française qui a participé dans de nombreux cas, avec plus ou moins de bonheur, à remodeler les cités dont il est question. De nombreux extraits de textes d’époque coloniale illustrent les multiples regards que portaient les Français sur ces architectures fortifiées.

La troisième partie consiste en une analyse des caractéristiques architecturales communes aux 26 qṣūr du corpus, que l’auteur compare éventuellement aux qṣūr des régions voisines (Sud-Est tunisien, Fazzān, Sud-Ouest algérien, Sud marocain et quelques sites du bilād al-Sūdān). Elle examine ensuite les différentes définitions qui ont été données du qṣar pour finalement proposer la sienne propre : le qṣar du Bas-Sahara algérien correspondrait ainsi à « un village fortifié, bâti en hauteur et généralement de forme ovoïde, répondant à une organisation interne permettant de l’appréhender en tant que phénomène urbain du dār al-islām, et établi par une communauté semi-sédentaire voire sédentaire. » (p. 329)

À de nombreuses reprises, Mounia Chekhab-Abudaya souligne l’urgence de son étude : de nombreux bâtiments sont déjà dégradés et disparaîtront sans doute dans quelques décennies. Les causes de cette ruine progressive sont bien identifiées, qu’il s’agisse de dévastations dues aux inondations comme dans le wādī Rīġ par exemple, de l’abandon des qṣūr par la population en quête de logements plus adaptés à la vie moderne, ou du démantèlement des fortifications à l’époque coloniale. Ainsi, à Mistāwa, les Français ont démoli les remparts et comblé le fossé afin de mieux pouvoir contrôler la population. La particularité du qṣar de Wargla est d’être encore habité par quelque dix mille personnes de nos jours ; malheureusement, il fait l’objet de reconstructions ou de rénovations parfois anarchiques, mettant en œuvre de nouveaux matériaux que ne peuvent supporter les structures anciennes, ce qui provoque des effondrements. Il apparaît que, quelques exceptions mises à part, la population et les pouvoirs publics n’ont pas pris la mesure de la richesse de ce patrimoine, le manque criant de moyens contribuant évidemment au délabrement progressif.

Le second volume de la thèse est un catalogue d’illustrations, comprenant une fiche détaillée pour chacun des qṣūr étudiés. À côté des divers plans et cartes, les images satellite tirées de Google Earth, portant parfois des repérages, sont particulièrement utiles à la compréhension des sites. On découvre aussi avec grand plaisir une multitude de photographies d’époque coloniale, instructives autant que charmantes, et notamment les superbes photos du Mzāb prises par Rozet et Arlaud. Nous attendons donc avec impatience la publication de la belle étude de Mounia Chekhab-Abudaya, qui suscitera certainement un regain d’intérêt pour cette région, souvent négligée par les chercheurs.

 

Virginie Prevost


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *